Un fragment écrit en arawak

 aba khanka
     oni khanka 
         shokoro onikhanka
                           firokoro onebêrakhanka
         yoyaukhanka
             adalikhanka
      awarhadalithenka
   hehe / enhe
                          harhan hamathali  
            tha ka-kha-ka wiwa 
 tha baha

Lorsqu'il est prononcé

Traduit en français

oui  
toutes les choses 
sont un moment d’étoile  

Informations sur sa langue

l’arawak (celui de Guyane appelé aussi lokono (mot qui signifie « les gens ») est une langue amérindienne (et le nom générique d’une famille de langues) parlée en Guyane, par environ 1500 personnes en Guyane française, au Surinam et au Venezuela. la langue est écrite et normalisée selon un code orthographique mis au point avec les locuteurs arawak en 2006 (source « la langue arawak de Guyane, par Marie-France Patte.
l’ensemble des langues arawak viendrait du bassin de l’Amazone. le territoire où sont parlés les arawaks guyanais a été soumis à des partitions coloniles entre espgnols, hollandais, français, portugais et britanniques, d’où une langue dans laquelle on retrouve de nombreux emprunts aux langues européennes correspondantes.
la langue est polysynthétique, c’est-à-dire que les mots sont formés de différents éléments qui marquent la nature du mot, sa fonction et sa relation avec les autres mots de la phrase

Sa typographie (open source)

SVG EOT TTF WOFF

Comment il a été composé

1.
hamâ balika ? que s’est-il passé ?

2.
wakharo khoro il y a longtemps

3.
cette étoile,
celle-ci,celle-là etc

wiwa etoile

to cela / c’est/ce

to fodi ce singe
> to wiwa cette étoile
toho : celle-ci (p 185 méthode)
ken tohobo et celle-ci précisément
ken toho et celle-ci
ken tohobo et celle-ci précisément

4.
tout vient de là
tout hamâron
balin survenir

li = 3e sing ma sc ??plutôt = lo
lo bali-bo
> lo il bali vient (survient) bo (marque du présent cursif voir p. 85 méthode)
> lo-bali-bo

hamâron lo-bali-bo = tout vient ?

de là ??
loko (locatif : dans) + âya hors de, venant de (voir p. 104 et 107)
lokoâya = dans-hors-de
sortir de dedans
> de là : yara là / yaha ici (p. 126)

>> yaralokoâya

hamâron tout

to wiwalokoâya (de là, de cette étoile) mot à mot

> to cette - wiwa étoile - loko dans - âya hors de
voir p 107

andun venir
anda / andaka vient, est venu

balin survenir, passer
>> hamâron lo-bali-bo yaralokoâya
yahalokoâya d’ici
>>> hamâron andaka to wiwalokoâya

5.
aujourd’hui tassé dans la matière
duku tassé
loko dans
tano/tanoho aujourd’hui
harhandiron partout


plier courber qqch teodun
-ka accompli
balin : venir, survenir
hamâ balika que s’est-il passé (mt à mt : quoi passé ?)
plié teoduka

pour écrire : tassé, plié dans la matière >

tanoho duku tassé aujourd’hui
tanoho teoduka aujourd’hui plié
harhandiron partout
hamâronloko tout dans > dans tout


6.

dans chaque endroit
dans chaque terrain
(dans) chaque arbre, bois, forêt
dans chaque lieu
dans chaque tracé
animal
oiseau
chemin
maison
ville
dans chaque lieu de chaque ville aussi


oui

terrain horhorho
onabo sol

waboroko chemin
bunaha sentier
sorhihi sentier étroit

bahu maison

katakaratho cabane en bois

yontho lieu
mauka lieu ouvert
burhu tracé, ligne

noma chaque
loko dans
MAIS ATTENTION
ici pour exprimer « dans chaque », il s’agit d’être dans une surface dans un lieu > roko
OU
comme dans « il est à la maison » bahunka i
bahu (maison) -n (localisateur) -ka (marque de l’accompli)
plutôt cette forme-là il semble

kodibio oiseau
khotaha animal
(plus liste d’oiseaux ???)

hehe / enhe = oui

la marque -n détermine le rapport génitif de l’objet qui appartient à quelque chose/à quelqu’un
> binali perôn le chien de Binali (c’est le mot « chien = perô » qui prend la marque du génitif)

li / lo (pronom personnel 3e pers masc = il)

 

arbre ada
arbre petit, arbuste adasa
arbre fruitier dakuthe (terme générique)

>>>

dans chaque endroit
dans chaque terrain
(dans) chaque arbre, bois, forêt
dans chaque lieu
dans chaque tracé
animal
oiseau
chemin
maison
ville
dans chaque lieu de chaque ville aussi


donc marqueur locatif -n attaché après le mot+ka de l’accompli (voir « situatif », p 125) + noma chaque
ou on traduirait par chaque en français mais on mettrait plutôt le mot
harha tous harhan tous
comme dans harhan kasakabo tous les jours / chaque jour

harhandiron partout
harhan yonthonka
harhan horhorhonka
harhan

OU ALORS
dans terrain, partout
dans oiseau, tous
dans oiseau, partout, tous


>
yonthonka, harhandiron dans un lieu, partout (pour dans chaque lieu ?)
horhorhonka, harhandiron dans un terrain, partout
onabonka, harhandiron dans un sol partout
bunahanka, harhandiron dans un sentier, partout
bahunka, harhandiron dans une maison, partout
katarathonka, harhandiron dans une cabane en bois, partout
burhunka, harhandiron dans un tracé, partout
maukanka, harhandiron dans un lieu (ouvert), partout
sorhihinka, harhandiron dans un sentier étroit, partout
waborokonka, harhandiron dans un chemin, partout

ajouter aba ? avant pour dire « un/une » ??
aba yonthonka, harhandiron ? dans UN lieu, partout ???


aba kodibionka, harhan, harhandiron dans un oiseau, tous, partout
aba khotahanka, harhan, harhandiron DANS un animal, tous, partout

listes animaux / oiseaux ??

aba adanka, harhan, harhandiron dans un arbre, tous, partout
aba adasanka, harhan, harhandiron dans un arbuste, tous, partout
aba daktuhenka, harhan, harhandiron dans un arbre fruitier, tous, partout

aba shiranka, harhan, harhandiron dans une pierre/un rocher etc
aba korhibalinka, etc dans une pierre rouge, etc
aba arhakorhinka, etc dans une pierre friable


dans chaque saison
saison kha
aba khanka, etc
oni kha saison des pluies (mt à mt : eau saison)
shokoro onikha saison des pluies courtes
firokoro onebêrakha saison des pluies longues
yoyaukha saison humide
adalikha saison sèche
awarhadalithe courte saison sèche
etc.
hehe / enhe oui

7.
tout ce qui est
est un moment d’étoile

hamâron tout

wiwa étoile


kha = moment = saison

> un moment d’étoile
aba wiwan kha

tout ce qui est
hamâron
hamathali chose
-be groupe de
ex : anoanabe groupe de vautours
OUI MAIS l’inanimé ne se pluralise pas

harhan hamathali toutes les choses (en arawak pas de pluriel pour inanimé)

sont un moment d’étoiles
wiwa étoile
marqueur génitif (ou relation d’appartenance)
si le nom est absolu, il faut le marqueur -n qui relativise l’absolu
si le nom est relatif, on lui adjoint le préfixe ka- en relation d’appartenance
il a des cheveux = dotatif-cheveu-accompli il
>ka-barha-ka i

DONC
moment d’étoiles
ka-kha-ka wiwa ???
ÒU : NON parce que étoile est un nom absolu qu’il faut relativiser
relation d’un absolu = -n (p 38)
sauf que là c’est le mot moment qu’il faut relativiser
moment d’une étoile, c’est moment qui prend la marque de la relation
ALORS ?
kha-n ou ka-kha-ka ???

khan wiwa
ka-kha-ka wiwa ?

ou dans De Goetje : moment/un peu = niiman

>>
harhan hamathali ka-kha-ka wiwa


tha baha c’est possible : cela-est (tha) baha peut-être (p 150)

toutes les choses
cela est un moment d’étoiles
tha ka-kha-ka wiwa
????

>>
harhan hamathali toutes les choses
tha ka-kha-ka wiwa sont (c’est) un moment d’étoiles

tha baha c’est possible