Un fragment écrit en navajo

   mo)a    possi d,, g§§tsa

   poowosi d,, g§§tsa

)inda hh a°0î^i°°0 bii  y'^iù

Lorsqu'il est prononcé

Traduit en français

           bouche oeil et blanc
        des yeux et blanc
      
             hier l’endroit est blanc

      ça existe à peine
             l’endroit est blanc
       sans aucun doute maintenant
                    l’endroit est blanc

        il pleut et maintenant pierre et eau

   et peut-être aujourd’hui
         il parle ici précisément 

         et puis le jour est vu c’est bien

            et ce sera ici pierre terre et nuit

     et ensuite sans doute
          ce sera glace et nuit
 

   on dit que ça arrivera

           ça arrivera
       quand ce sera le moment

      peut-être plus tard pas maintenant 


        maintenant le bruit a disparu


           je suis tombé dans la poussière


           un rire est venu

Informations sur sa langue

le diné bizaad (ou navajo) est une langue amérindienne na-dené, parlée en Arizona, Nouveau-Mexique, Utah, et dans les états mexicains de Chihuahua et Sonora par les Navajos.
langue SOV tonale, agglutinante et polysynthétique, elle est parlée par plus de 150 000 personnes, et le nombre de locuteurs augmente, ce qui est très rare pour une langue amérindienne
langue très verbale, les verbes sont bien plus nombreux que les noms. de nombreuses particules, affixes, préfixes, suffixes servent à former le mot
la forme des verbes marque le mode (imperfectif, perfectif, progressif/futur, fréquentatif/itératif, optatif), l’aspect (12 aspects, 10 sous-aspects). et, autre exemple de complexité, un verbe est modifié par la personne, mais aussi par son complément d’objet. et, modifié par la personne, il prend en compte si celle-ci a elle-même expérimenté ce dont elle parle, ou non, etc.


NB : le code navajo est un code basé sur la langue navajo, exclusivement émis et reçu par des navajos, et qui a assuré le secret des transmissions américaines pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre du Pacifique à partir de 1942. le code fut inviolable notamment parce qu’à la différence des autres langues indiennes, le navajo n’avait pas été étudié entre les deux guerres par des étudiants allemands… (REF précise code navajo pour date de mise en route du code, par ex.). le 14 août ets la journée nationale américaine dédiée aux codeurs navajo.

Sa typographie (open source)

SVG EOT TTF WOFF

Comment il a été composé

à á ȁ ȃ ā è é ȅ ȇ ē ì í ȉ ȋ ī ò ó ȍ ȏ ō ù

ł

bouche, oeil (et) blanc
mo'a, possi ( ) göötsa

dans le champ
pasve

ils sont
puma

un
ł'áá'íí

l'endroit est blanc
halgai

(voir article navajo dans wiki : hal préfixe spatial
qui avec pleuvoir donne nahałtin : il pleut

poovosi les yeux

nisin je veux

nishááh j'arrive , yishááh je viens

shí yáshti', je parle
shí naashnish je travaille

sh à la fois dans l "je" et dans le verbe marque la présence du "je" (sh est le marqueur sujet dans le verbe)
et shi : mon/ma (s'accole au mot, comme dans shidibé (mon mouton))

((((((d'abord il pleut))))

nishishnish j'ai travaillé

il a vu yiyiiłtsą́
biyiiłtsą́ (???, je l'écris b + yiiltsa = c'est vu ?) OUI
bi marque de l'objet vu dans la forme verbale, traduisible par le passif en français ?

jį́ jour
áadi : ici
dooleeł ce sera

tsé pierre
eau
terre łeezh
k'os nuage
tł'éé' nuit
tin glace

'índa puis, ensuite
(((construction : verbe 'inda verbe ça a lieu et ensuite ça a lieu


t'óó presque, à peine hólǫ́ ça existe
t'ah encore
ákót'é / sha'shin
c'est comme ça/je pense
ákót'ée / daats'í
c'est dans ce sens / peut-être

doo ádooníił da
ça n'arrivera pas
pas da

ndi mais
daats'í  peut-être (maybe)
jiní  on dit que
sha'shin peut-être (perhaps)

da' bénéínílnii' ? est-ce que tu te souviens
díí ça


bíighah c'est possible

(((ici précisément un jour ce sera nuit eau nuage
’áádóó díkwíí shį́į́ náánéíską́ą́go
et ensuite plusieurs probablement jours ensuite seulement
et plusieurs jours après
aujourd'hui
dííshjį́į́di (díí : celui-ci, ce, cet)
halgai l'endroit est blanc
> dííshjį́į́di halgai

'áko shį́į́ et peut-être (c'est shį́į́ qui indique la probabilité)

koojí  ici précisément (right here)

naashnish il a travaillé ???

(il) trouver le mot pour il) yáłti il parle, ça parle

etc. travaille (il/ça) naalnish

tsé pierre

nááshdááł je reviens

déshnish j'ai commencé à travailler
désh (préfixe marquant le commencement passé (?), tandis que nish est la racine signifiant travailler

bik'iishgééd je le recouvre (de poussière)

díí cet, cet (cette ??)

diné homme

nagháí diné cet homme

eau


-------------
sur la question de la forme verbale

ex je travaille (je suis en train de travailler, l'anglais "ing"

en navajo
shí naashnish

tu travailles ni nanilnish
on décompose en
ni (personne, tu) na (adv de présence) ni (marqueur verbal de la personne) l (classificateur) nish (racine)

nous travaillons nihí neiilnish

le verbe s'accorde avec le sujet, intègre dans sa forme un marqueur qui présente le sujet dans le verbe lui-même (en français il y a des formes verbales dont la désinence change mais qui ne sont pas du même ordre)
shaa níłtsóós donne-moi le

une forme verbale ł - tsóós qui demande que l'objet soit flexible et plat (ou en sac)

un certain nombre de verbe changent en fonction de l'objet auxquels ils s'appliquent

shaa nítįįh (donne moi un objet très fin

shaa nílé (donne-moi un objet fin et souple)

hier 'adą́ą́dą́ą́

beaucoup łą́
 il
terre łeezh

k'os nuage
hah vite

il a vu yiyiiłtsą́ (avec un objet vivant)

Ordre phrases = sujet objet verbe

doo … da : particule négative : ne pas
mais
dóó et

tin = glace

(voir page 38 et next navajo LX2a)

formes différentes si préfixées ou non
(son, sa, etc. ou non
saad = MOT, LANGAGE
ou
zaad 'avec préfixe (alternance consonnantique)
ex : bizaad, son langage
hólà je ne sais pas
hólǫ́ ça existe
jį́  jour
voir la prononciation en NavajoLx2b, pp 20 >)
(notation ' est pour le stop glottalisé)
'e'e'aah = ouest

t'ah encore

t'óó presque, à peine
k'os nuage
tł'éé' nuit

ch'ééh futilement

ch'il plante, "mauvaise herbe"

k'ad (maintenant)

kwe'é ici

díkwíí combien

hwíídéeltq (caractère glissant d'un endroit)

dloh rire

ni toi / tu

ní il a dit

(le i est dit avec un ton bas; le í avec un ton haut)

diniih douleur, mal

deesdoi c'est chaud

hashtł'ish biih yítłizh
je suis tombé dans la poussière

(pron p 38 Lx2b)

bita' entre eux

 

hagoónee au revoir

e marqueur pluriel dans un verbe est da
comme
pour na-l-nish travaille
ndaalnish travaillent

ex : ashiiké dóó at'ééké ndaalnish garçons et filles travaillent
(v pp. 36 > Navajo Lx3)

pour "nous travaillons"
na (adv) da (pluriel) iid (je au plur (nous)) l (classifcateur) nish racine
nadaiidlnish

at'ééd la fille


ahiistsą́  j'ai vu
yiyiiłtsą́ (il) a vu
dayiiłtsą́  (ils) ont vu

a frappé yiztał


construction passive
dibé tó biisxį́
le mouton s'est noyé dans l'eau
bi = marque d'une action qui affecte le sujet et qui est la cas d'un agent 

ex :ashkii tsís'ná bishish le garçon a été piqué par une abeille

pour dire = il pique yishish yi - shish


yáshti' je parle
yałti il parle

ní'áázh (il) est venu

Navajo Lx4 (bcp sur prononciation)

ha'át'íísh baa naashá qu'est-ce que je fais ?

ha'át'íísh baa niséyá qu'est-ce que j'ai fait ?

dishní je dis

yishxáád je suis en train de secouer

nigháád tu secoues

il sigháád (??) secoue


avec =
je marche avec les garçons
(shí) ashkii bił yish'ash
je garçons avec marche

neiłté : (il) porte

tl'oh herbe

t'óó ahonii'yóí = nous sommes nombreux

aujourd'hui dííshjį́į́di


peut-être daats'í

ndi mais

dooleeł ce sera

koojí ici précisément (right here)

maymun rixungi où vas-tu ?
(media language, influencé par english (voir send.pdf, p.91

ils font du bruit yiists'ą́ą́'

le bruit a disparu 'ahosoolts'ą́ą́'


(( exemple d'une logique de construction de phrase
(16) Hwéeldi hoolyéédęę’ Tséhootsooídi nináda’iis’ná ’áádóó dibé
Ft.Sumner-at areal-call.P-from Ft.Defiance-at 3Pl-return.P Conj sheep
hataas’nii’ dóó da’níłts’ą́ą́’góó diné
4-among-distribute.P Conj Pl-place-away-to people
’ałts’ádahaazdéél jiní.
separate-Pl-4-go.P.PlO 4-say.P
The people moved back from Fort Sumner to Fort Defiance where sheep were distributed
among them after which they separated and each group went its own way. (YM 1987:103) ))


’áádóó díkwíí shį́į́ náánéíską́ą́go
et ensuite plusieurs probablement jours ensuite seulement
>> et plusieurs jours après

"a" comme marque de l'indéfini

tin glace
atin ça gèle

'áko donc

áadi ici


'áko 'índa quand / puis


(( ex
̀łééchą́ą́’í ba’níłtsóód ’áko ’índa dibé bikéé’ bi’dííłnih.
dog 3-for-2-feed.I Conj sheep 3-after 3-2-send.F
Feed the dog then send it off after the sheep ))

'áko ndi même ainsi

 'áko shį́į́ et peut-être / et sans doute

aoo' oui

shoo ya' c'est bien

ii lą́ą oui !! c'est vrai !!

doodago ou

doodaii' ou


nisin je veux
nínízín tu veux

yiską́ągo daats' í demain peut-être

háálá parce que

le préfixe des verbes change en fonction des personnes impliquées dans son action

voir ex phrases navajo 2

 

(('asdzání shiiłtsą́ dóó łį́į́' yiyiiłtsą́
femme 1-3 voir conj cheval 3-3 voir

la femme a vu moi puis les chevaux

verbe shiiłtsą́ (m'a vu)
sh (marqueur du je) iil (marqueur d'elle) tsą́ racine voir
yiyiiłtsą́
yi (marqueur il, le cheval) yiił (marqueur elle, la femme) tsą́ racine de voir

(toute cette partie voir Navajo 1 (coordonnées) ))


(j'ai) pensé à baa ntséskees


j'ai rêvé de baa neiséyeel


háágóólá deekai ? où allons-nous ?
nahgóó dahwiidiiltséél nous allons faire un tour par là

t'óó baa'ih = c'est terrible


díí nisin je veux ça

díí ça

bíighah c'est possible

est-ce qu'on peut l'espérer (forme neutre)
t'áásh chohoo'į́į́ ge'át'é ?

ákót'é / sha'shin
c'est comme ça/je pense
ákót'ée / daats'í
c'est dans ce sens / peut-être

doo ádooníił da
ça n'arrivera pas
pas da

t'áá ádooníił
ça arrivera


est-ce que c'est impossible
da' dooísh bohónéedzą́ą da ?

c'est possible bohónéedzą́

bíighah ça peut être fait (c'est possible)


daats'í peut-être (maybe)
jiní on dit que
sha'shin (peut-être (perhaps)

doo sha'shingóó
sans aucun doute

k'ad nił bééhózin maintenant tu sais
k'ad shił bééhózin maintenant je sais

hóla je ne sais pas

ahéhee merci

plus tard, pas maintenant (maintenant ce n'est pas le bon moment pour accepter)

át'ah lą́ą. k'ad éí dooda plus tard. pas maintenant


ha'át'íílà shá ádíílííł qu'est-ce que tu vas faire ?

ndaga', t'ah dooda non, pas encore

 

((
se rappeler d'un incident
da' bénéínílnii' ? est-ce que tu te souviens
aoo', benááshnii' oui, je m'en souviens

est-ce que tu as oublié ?
da'baanáánéisín'nahísh ?

hahgodashą' = quand? ))

bik'í hoolzhiizhgoshį́į́ quand ce sera le moment

éí lą́ą c'est ça

haash yit'éego éí ádoonííł comment ça peut se passer ?

kót'éego comme ça

t'áá ádoonííł ça va se passer

 

 

 

écrit notamment avec des documents issus :

- du Rosettaproject

- de situationnal navajo

- de navajo linguistics, par Ken hal, M.I.T