Un fragment écrit en tahitien

          e vai nei ‘O’O

i roto i one e vai nei ‘O’O O’O ‘O’O ‘O’O 

         mAite 
     ‘ua haere vAhi ‘ore te fenua 

                                       paha 
     te ha’uti’uti nei te fenua
                  paha
                te fenua mapumapu


        AnAnahi eere te fenua

       aita tE ta’a te fenua

   tE fa’a’ahehe nei hoho’a a miti 

            aho ‘uo’uo 

                ’ua fAura te mau a’a


     te mau a’a repo ‘ore i ‘O nei 
            i ‘O nei te mau a’a  mAmU ‘ore 
        i ‘O nei te mau a’a ‘araera ‘ore  

       tA’Ato’ara’a te mau a’a te mau a’aa’a 
                     i rapae i repo i tei nei

Traduit en français

      tout près d’ici  un grand trou

  dans le sable près d’ici    partout    des trous 

           lentement

         la terre est devenue sans lieu

   peut-être 
 la terre remue 
                              peut-être
la terre essouflé


            demain il n’y a pas de terre

             apparence de l’eau bruit


souffle         blanc


       les racines sont apparues 

     ici racines sans terre
      ici racines sans terre volcanique
     ici racines sans terre rouge
toutes les racines maintenant hors de terre

Informations sur sa langue

le tahitien est une des 1268 langues austronésiennes.
il est parlé dans les îles de la Société (Polynésie française), et notamment à Tahiti. la langue a été transcrite par des missionnaires protestants arrivés en 1797

Sa typographie (open source)

SVG EOT TTF WOFF

Comment il a été composé


il y a près d’ici = e vai nei
des trous (partout) dans le sable (one)

‘ō’ō : grand trou dans la terre
> e vai nei ‘ō’ō

i roto (i) : dans
> i roto i one = dans le sable
e vai nei ‘ō’ō ō’ō ‘ō’ō ‘ō’ō i roto i one

 

c’est un rêve oublié d’anéantissement

> e moemoeā o te moura'a moi'a

(moemoeā : rêve : e moemoeā : c'est un rêve

moi'a : être oublié, oublié

moura'a : anéantissement)

 

semer le désordre =fa’a’ārepurepu

fa’aea : cesser = ‘ua fa’aea : a cessé


troubler l’eau = fa’a’ehu

hō’ē : un (indéfini)
ex : un endroit frais = hō’ē vāhi (endroit, place) haumārū (frais)

mau = part. marquant le pluriel
> te mau fare = les maisons

te rau = la feuille

 

ma’a = un peu

u’a bernard l’hermitte

vāvā phasme

varo : squille (crustacé, pseudo squilia ciliata)

rori holothuries