Un fragment écrit en tahitien

aho 1uo1uo



    taparuru o te ha1urA i roto i miti 1ere1ere
         taparuru o te ha1amea 
             taparuru o te ha1 apu1u
         taparuru o te fetu1e 
           taparuru o te fetU 
              taparuru o te fāroa 
     taparuru o te fai 
         taparuru o te fAfA piti
               taparuru o te fe1e 
            taparuru o te 1auhopu 
             taparuru o te 1aupApA 
   taparuru o te a1urepe
                    taparuru o te 1autea 
                             taparuru o te 1aveu
          taparuru o te 1au
       taparuru o te ature 
                   taparuru o te 1atoti 
            taparuru o te 1aua 
      taparuru o te u1a
                    taparuru o te 1aramea 
        taparuru o te te mau hUmI 
            taparuru o te te mau huehue
      taparuru o te te mau varo
           taparuru o te te mau ra1o
      taparuru o te te mau huhu
                 taparuru o te hO1U 
        taparuru o te hinu 
             taparuru o te ihe 
        taparuru o te pUtaratara
                  taparuru o te1 i1ihi
       taparuru o te 1i1ihi nato
        taparuru o te te mau rori
     taparuru o te tA1Ato1ara1a  i1a 
      taparuru o te ta1Ato1ara1a 1iore
      taparuru o te tA1ato1ara1a vAvA
       taparuru o te tA1Ato1ara1a 1ina
     taparuru o te tA1Ato1ara1a ma1ama1atai 
                taparuru o te tA1Ato1ara1a maene
   taparuru o te tA1Ato1ara1a maere
      taparuru o te tA1Ato1ara1a mahimahi
taparuru o te tA1Ato1ara1a Ina1a


              i teie nei mahana
        ahomure

             e terA fenua ta1ero

             1iri ta1ata1a

          hō’ē moemoeā o te moura'a moi'a

Traduit en français

 souffle blanc



spasmes de l’espadon
 
dans la mer noire
      
 spasmes du ha’amea
spasmes du ha’apu’u
     spasmes 
de l’oursin crayon
  spasmes 
de l’étoile de mer
  
 spasmes du mérou
                 
  spasmes de la raie
    spasmes 
  de la raie manta
  spasmes
  de la pieuvre
 spasmes
  de la bonite
     spasmes
 de la fistulaire



 aujourd’hui  



   souffle coupé

   la terre
n’est pas comprise

     la peau
 des hommes
 et des animaux
   va se détacher












 un rêve oublié
d’anéantissement
      

Informations sur sa langue

le tahitien est une des 1268 langues austronésiennes.
il est parlé dans les îles de la Société (Polynésie française), et notamment à Tahiti. la langue a été transcrite par des missionnaires protestants arrivés en 1797

Sa typographie (open source)

SVG EOT TTF WOFF

Comment il a été composé

 

'ua ravea
(le a après les formes verbales racines est marque de la forme passice : rave-a)
> on a pris

 

ā ē ī ō ū ’

ā = devant locutions temporelles, indique un aspect non accompli (proche du futur français)

ā après les formes verbales indique la notion d'encore (persistance temporelle)

> tē parau noa nei ā 'ōna = il continue à parler

> e tae roa mai ā i tei mahana = jusqu'à aujourd'hui encore

> aita e ā = pas encore

 

'a'amu : conte, histoire, légende

'a'ahiata = aurore

'a'ano : largeur, étendue / large, être large, être étendu


a'e = particule postposée = idé de décalage dans le temps et dans l'espace
> sens spatial = i ni'a a'e (au-dessus), à partir de : ini'a iho (sur)
> sens temporel = nā mua a'e : avant
maoro iti a'e ra = un peu plus tard

'ae : oui, forme expressive de 'ē


'āehuehu = trouble, agitation ; troublé, agité


indicateurs d'actions
- action qui a déjà eu lieu = a'ena, a'e na : déjà
- action qui vient d'avoir lieu = a'enei, a'e nei
-action qui a eu lieu peu après une autre : a'era, a'e ra

'āfa'āfa : moitié moitié

'āfaro : rectiligne, droit ; juste, sincère ; correct, exact

āfea / āhea : quand ? sur un événement non accompli

aha : interrogation
> e aha : qu'est-ce que c'est
> nō te aha : pourquoi
> e aha e 'ore ai : pourquoi pas

'ahehe : bruissement, comme le bruit d'animaux dans le feuillage, ou le bruit du vent remuant des feuilles sèches

aho : souffle, respiration, haleine
huti i te aho : respirer // 'ōtu'itu'ira'a aho : agonie

ahiahi : soir, soirée

ahomure : souffle coupé

 

'āhuehue : inquiétude, énervement

ai, après les formes verbales indique qu'un terme qui précède (un complément de temps,d e circonstance, de lieu, ou autre) précise la cause ou les circonstances de l'action

ex : i terā vāhi i tupu ai te pe'ape'a = à cet endroit eurent lieu des troubles

teie te tumu i nā reira hia ai : voilà pourquoi on a fait comme ça

'aita : non, et ne… pas = 'aita te ua e topa nei (la pluie ne tombe pas)

'amaha : fente, fêlure, être fendu / se scinder, être en désaccord : 'ua 'amaha te mana'o o te 'āpo'ora'a : l'assemblée est en désaccord

ana'e : tous, tous à la fois / seul, seulement

ānānahi : demain

āmuriatu : désormais, à l'avenir

ānei : particule interrogative qui se place après le prédicat sur lequel se porte l'interrogation
ex : 'ua tae mai ānei te pahī : est-ce que le bateau est arrivé ?

aore : le vide, l'espace, le ciel / zéro

ao : jour
e ao : il fait jour
te ao rei : le monde ici-bas / te ao ra : les cieux

'aoa : aboiement / aboyer

'aoaoa : bruit confus, son réverbéré

'ā'po'o mata'i : une aire de vent, la direction d'où souffle le vent

ara : chemin, voie (figuré) / réveil / vigilant / se réveiller, être vigilant

āraua'e : bientôy, tout à l'heure

aramoi'a : oubli / être oublié

'āre'a, 'āre'a rā : mais, quant à


ārea : vide, intervalle, espace entre des objets

ata : nuage, ombre portée, reflet (eau/miroir)

'ātīrā noa atu : peu importe

ato'a : tous, toutes (après une forme nominale
: aussi (après une forme verbale)

'ati : être encerclé, être entouré
'ati noa a'e : tout autour

atu (en plus, encore = e rave rahi atu ā : il y en a encore beaucoup d'autres

au : je (s'emploie après un mot terminé par i ou e : te parau nei au : je parle

au : agréable, bon

'aue : tumulte, tapage

'āueue : agitation, trouble, désordre, être secué
'āueuera'a fenua : tremblement de terre
'āueue 'ore : inébranlable (sens figuré)

 


e


e, devant les formes nominales, marque "c'est", il y a
e manu : c'est un oiseau,

e, devant les formes verbales, aspect non accompli de l'action (équivaut souvent au futur)

'ē : oui, dire oui / et
= te lata'i ē te miti : le vent et la mer

'ē : différent, étrange, étranger : mea 'ē = c'est différent
vetahi 'ē/ te tahi 'ē : quelqu'un d'autre

eaha, e aha = q'est/ que snt / quels sont ?
ce qu'est, ce que sont / pourquoi

e'ene, e 'ene : ce n'est pas, n'est-ce pas
e'ere, e 'ere = idem

e'ita, e' ita : ne pas

'ere, 'ene : ce n'est pas

ei : il faut, qu'il y ait

'eta'eta : résistant, solide, rigide, dur / entêté

 


f

fa'a : particule productive qui devant un nom ou un verbe le transforme en verbe actif =
fa'a'āhoahoa : faire du bruit

fa'a'ara'ara : commencer (pour les chants)

fa'a'ārepurepu : semer le désordre, l'agitation

fa'aea : cesser, s'arrêter
'ua fa'aea te ua : la pluie a cessé

i teie mahana : aujourd'hui

fa'ahema : tenter / tentation

fa'ahoruhoru : troubler quelqu'un

fa'ahope : finir, terminer

fa'afātata : s'approcher, faire approcher, rapprocher

fa'afāura : faire apparaître

fa'ahou : à nouveau, faire à nouveau

fa'ahuru'ē transformer

fa'a'ino : insulter / dévaster, endommager

fa'aiti : diminuer

fa'aru'e : rejeter, jeter, abandonner
= fa'aru'e i te aho : expirer (rejeter le souffle)

fa'aruru : affronter

fa'atae : transmettre (message, etc)

fa'aoti : achever, finir (transitif), / décider

fa'ariro : faire devenir, réaliser

fa'aro'o : entendre, écouter / obéir, / croyant

fa'atopa : faire tomber

ta'ata fa'aturi : amant

fare : maison
d'où
fare moni : banque
fare ha'aipoipora'a : mairie, fare toa, magasin etc

fenua : pays / terre / terrain, sol

faufa'a : utilité, importance/ utile, importangt
'aita e faufa'a : ça n'a pas d'importance

fifi : compliqué, embrouillé, difficile, dangereux

 

h

ha'a : préfixe productif qui transforme un nom ou un verbe en verbe actif = tupu : croître : ha'atupu : faire croître

ha'a'a'ano : élargir

ha'ame'ume'u = épaissir

ha'amata : commencer

ha'apinepine : faire souventr, pratiquer souvent
> 'ua ha'apinepine roa te ua i teie mau mahana nei : il a plu très souvent ces jours-ci

ha'apōiri : s'obscurcir

ha'aviti : faire vite

haere : action d'aller, démarche, aller ou venir / devenir

hāmani : faire, fabriquer
hāmami 'ino : faire du mal, pia hāmani : bière maison

hāro'aro'a : entendre, dire que, entendre parler de / comprendre

ha'uti'uti : être sans cesse en mouvement, remuer

hea : mot interrogatif locatif ou temporel
teihea ? où ?
nō hea mai : d'où
ā hea : quand ?
nā hea ? comment

hī : jaillir (liquide)
hīhī : éjaculer

hina'aro : désir, désirer, vouloir

hi'o : regarder, observer

hō'ē : un
hō'ē ā : le même, la même
hō'ē ā huru : c'est la même chose

ho'i : aussi, également
'oia ho'i : c'est-à-dire

hope = être fini

horuhoru : être troublé
'Ua horuhoru tö iizãtou
Tau i te fa'aro'ora'a i terã parau
'ãpï, nous avons eu l'esprit troublé
en entendant cette nouvelle.

fa'ahou : à nouveau

huru : état, condition, caractère, personnalité / espèce, sorte / une certaine quantité

e mea huru 'ē : c'est étrange
te huru ā te huru : c'est toujours pareil

 


i

i devant les formes nominales : marque du complément
ex : E inir
vau i te taofe i te po'po'i, je bois du
café le matin
est souvent omis
devant les compléments d'objet. 'A
rave te mohina, prends la bouteille.
- à, au. Haere i te fare, va à la
maison. E parau 'öna i te tãvana, il
parlera au chef. - B cause de, de.
'Ua horo 'oia i töna ri'ari'a, il en a
couru de frayeur. - par, devant le
complément d'un verbe d'état (statif).
'Un ora 'oia i te rä'au, il a été
guéri par le médicament. - fi/ précède
directement les locatifs. I d a ,
sur. I piha'i, à côté. I mutala iho,
autrefois. 2. marque du prédicat,
position passée : << c'était ?I m. - I
Tahiti, te 'öro'a, c'était à Tahiti, la
fête. 3. I te mea, comme. I te mea
'un ira, ka fa'a'orehia fe 'õro'a,
comme il a plu, on a annulé la fête.
2 i, devant les forines verbales 1.
marque de l'aspect accompli dans
les propositions subordonnées. Te vt
'o tä'u 'amu, la mangue que j'ai
mangée. Peut indiquer qu'une
condition est satisfaite : comme. I
here mai 'outou iä'u, 'a ha'apa'o ia
'outou i ta'u mau fa'anera'a, comme
vous m'aimez, vous obéirez à mes
commandements. 2. i...na signifie
qu'une action s'est produite mais
n'a plus Iieu, ou qu'un certain état
est advenu mais ne se continue pas.
I pohe ria 'õna 'ëka tila fa'ahou, il
est mort et est ressuscité. 3. i...iho
nei, passé immédiat. I 'amu ilio neì
au, je viens de manger. 4. qui. Cf:
tei, 'o tei.

ia, devant les substantifs: ce, cet,
ce ... là (dont il a été question précédemment).
'Ua ho'ì mai ia ta'ata,
cet homme-là est revenu.
2 ia, après les formes nominales ou
verbales marque le prédicat, surtout
si le sujet est avant le prédicat, /ia/
réfère à ce qui précède et peut
parfois être traduit par << alors >>,
<< en >>, << dont il a été question m. I
tö'u 'apira'a, 'aita ia, tãh e 'ohipa,
dans ma jeunesse, je n'avais pas
63
alors de travail. Ehia ’ie ? tö te poti
ralii, e piti ia, combien y a-t-il de
voiles ? sur les grands bateaux. il y
en a deux. Terä ia ta‘ata, cet
homme-là (dont il a été question
auparavant).
iä, devant les pronoms et noms propres
1. marque du complément. ‘Ua moto
‘öita iä Hiro, il a frappé Hiro (2
coups de poings). ‘Ua topahia te
i‘oa ‘o ‘Aimeho iü Mo‘orea, on
donna le nom de ‘Aimeho à Mo‘orea.
2. marque du prédicat nominal.
Iä TÜ, täÚ paraura‘a, c’est àTû que
je m’adresse. 3. << quand N pour un
événement accompli. Iü rütou i tue
mai, quand ils sont venus.
‘ia, devant une forme verbale 1. exprime
un souhait ou un désir. ‘la
maita‘i te tere ! bon vovage ! (que
soit bon le voyage !). ‘la tae mai te
mahaiia, si le soleil pouvait arriver
!... ‘ia fa‘aizaho ‘outou i te hö‘ë
puta ko‘ora‘a, vous devez tenir un
livre de vente. 2. quand, lorsque, si
(pour un évfinement inaccompli 2 la
date à laquelle on se réfère). ‘la tue
niai te tavarta i Pape‘ete, quand le
chef arrivera à Pape‘ete

iho, particule postposée exprime
l’identité ou la coïncidence dans le
temps et dans l’espace. - après les
formes nominales lihol peut s’employer
seul. Te välzi iho, l’endroit
même. ‘Oia iho, lui-même. I muri
iho, juste après. I nïa iho, sur (au
contact). I raro iho, en bas de, au
pied de. Tõna iho fare, sa propre
maison. - après les formes verbales
lihol est accompagné d’une autre
postposition. ‘Ua parau iho ä vau,
j’ai parlé cependant. I rave iho nei I
‘oe i te ‘ohipa, tu viens de travailler.

 


'ite : voir, percevoir

itoito : courage, énergie, activité/ et adjectifs

'ita, ita, 'aita : négation pour le passé ou l'accompli


m


1 mā, 1. propre, pur. 'Ä'au inä, coeur
pur. Pape mü, eau pure, eau claire.
2. se débrouiller, se suffire 8 soimême.
Te mã rzei au iä'u iho, je me
débrouille tout seul (je suis propre
par moi-même).
2 mã, devant une forme nominale 1.
indique la manière. Mä te 'oa'oa,
avec joie. MÜ tö rãtou huru, 8 leur
façon. Mä te hou i tö rue, 8 la sueur
de ton front. Ma te nilzo 'ore, sans
les dents. 'Ua tere mai " ï o u nä
iai'a i te pereo'o inata'eina'a mä te
hïmene, nous sommes venus en
<< truck D en chantant. 2. précède les
unités dans un nombre qui dépasse
dix. Toru 'ahum mä pae, trentecinq.
3 mā, après une forme nominale, indique
un ensemble, <>> et les autres << les siens >>. Te
Fenua-raro-mata'i mä, l'ensemble
des îles Sous-le-Vent. Tama m-,
Tama et les siens.
ma-, pr6fixe dénotant l'atténuation devant
certains noms de couleur (analogue
au suffie français -âtre) : ma--
'ere'ere, märe'are'a, mü'uo'zio,
mähte 'Ute.
1 ma'a, fronde.
2 ma'a, se croiser (routes).
3 ma'a, faire un grand pas. E piti
ma'ara'a 'ävae i muri ! deux pas en
arrière ! 'Ua ma'a vau i te 'üwe, j'ai
fait un grand pas. C$ tu'ura'a 'āvae.
4 ma'a, 1. un peu de, quelques. E ma'a
moni, un peu d'argent. V a lite be i
te parau Marite ? ma'a vähi iti,
connais-tu la langue américaine ?
un peu. 2. introduit une nuance de
petitesse ou de tendresse. TÕ ma'a
mata iti nehenehe, ton visage adorable
(chanson). Höro'a mai tö 'Oe
mala rima, donne-moi ta petite
main.


māhū : homosexuel

mai tahito mai : depuis des temps anciens

māite : lentement

ma'iti : choisir, élire

mānina : uni, lisse, sans pli, repassé, plat, plan horizontal
i te hō'ē vāhi mānina : dans un endroit plat

māniania : vacarmes, bruyant, agitation

maori rā : excepté, sauf / c'est-à-dire
maori rä, 1. excepté, sauf. ‘Ua Izaere
pauma te ta‘ata i räpae, maori rä ‘o
Tetua, tous les gens sont allés dehors,
sauf Tetua. 2. c’est-à-dire, ou
simple indication d’une énumération.
‘Ua tae mai e toru ta‘ata,
naaori rä ‘o Tilzoni, ‘o Röpati, ‘o
Rittï, trois personnes sont venues :
John, Robert et Richard.

mapiha : de part en part / traverser

mātāmua : premier / commencement, autrefois
i te mātāmua : au commencement

mau : être fini, cesser : 'ua mau te ua : la pluie a cessé / être maintenu

mau : vrai véritable : e mau / parau mau : c'est vrai

mate : être mort : 'ua mate terā ta'ata : cet homme est mort

1 mea, mot qui dans une phrase peut
se substituer à un nom commun, un
nom propre, un verbe, une particule
... 1. substitut d'un nom commun.
E mea au, ou, mea au (c'est
chose bonne), c'est bon. 2. substitut
d'un nom propre. 'O mea, c'est un
tel. 'O mea mü, ce sont telle et telle
personnes. 3. substitut d'un verbe.
'Un mea 'oia i te fare, il a fait la
maison.
2 mea, devant une forme verbale active,
indique qu'une action n'a pas
été accomplie et aurait dû l'être. E
mea färi'i maita'i au i terã ta'ata,
j'aurais dû bien accueillir cette personne


me'ume'u : épais

moemoeā : rêve : e moemoeā : c'est un rêve

moi'a : être oublié, oublié

moura'a : anéantissement

mua : nom locatif : devant, avant (dans
le temps ou l'espace). I mua a'e nei,
récemment (avant). Tüpati i mua
nei, dimanche prochain (devant).

muri, nom locatif: derrière, apès. I
muri iho, juste-après, depuis. A muri
a'e, bientôt. A inurì noa atu, toujours,
2 jamais. Haere rnai rtü muri
iãú, suis-moi


n

1 na, après les formes verbales ou
nominales, avec allongement de la
dernière voyelle du mot précédent,
1. indique le voisinage de la personne
à qui l'on parle, ou un temps
moins éloigné du moment de référence
que ne l'indiquerait Ira/, ou
indique les deux à la fois. Tei iä 'oe
na te parau, c'est à toi d'avoir
l'initiative. Z 'ö na, près de toi. Z
ha'api'i na vaii i te parau faräni,
j'appris le français. 2. donc, marque
l'insistance ou l'atténuation. Hnere
mai na ! viens donc ici ! 'A rave na
prends donc ! Cf: i...na.
2 na, pronom personnel, forme sous
laquelle apparait ana (lui) dans les
composés où il est précédé par /a/
ou /o/. Täna (tã ana). Iäna (iä ana).
Näna (nä ana). Töna, iöna (chez
lui), nöna ...
1 nä, article 1. duel défini. Eparaparau
non ru iho änä mëtzta, le père et
Ia mère (les deux parents) étaient en
train de converser. 2. pluriel défini
prknuméral. 'Ua haere mai nã ta'ata
e rnaha tei tta'ihia, les quatre personnes
qu'on attendait sont venues.
2 nä, devant les formes nominales 1.
indique la possession faible dans un
prédicat. Nä vai te 'upe'n ? à qui est
ce filet ? ou, pour qui est ce filet ?
Nä te tävana te 'upe'a, le filet appartient
au chef (c'est au chef le
filet). 2. indique un point de passage,
ou un point de départ (mais
non pas une origine, c j nö). E reva
te maniireva nä Porapora, 'ë, nä
Ra'iatea, l'avion partira pour Borabora,
et pour Ra'iatea. Nä hea mai ?
d'où? 3. nä d a , par, en (avion,
bateau, automobile), par-dessus. Nä
raro, sous, dessous, pardessous, à
pied. NÜ '8, ou, nä'ö, par-là ; parler
ainsi, se comporter ainsi. Cf: näfea,
nähea. 4. précède le sujet quand
celui-ci est mis au début de la proposition.
Nä rätou te pe'ape'a i
fa'atzipic, ou, nä rätou i fa'atupii i te
pe'ape'a, ce sont eux qui ont suscité
des difficultés.

nāfea, nā fea : mot interrogatif
- comment, de quelle façon, d'où ?
nāfea mai 'ōna : d'où vient-il ?
- quand

i nānahi : hier
ā nānahi : demain

nanea : qui se multiplie qui est abondant

nā'ō : ainsi, de cette façon (emploi nominal et verbal

nehenehe : pouvoir, être capable
e nehenehe : c'est possible (??)